RAPPELS ET CONCLUSION (Version séfarade)

Avec la lettre תּ (thav), nous venons de terminer l'étude de l'alphabet hébraïque. Vous êtes donc en mesure de lire n'importe quel texte rédigé en hébreu biblique.

Cependant quelques règles de prononciation doivent être judicieusement rappelées pour bien lire cette langue plus qu'une fois millénaire et éviter de se tromper.

RÈGLES DE LECTURE POUR LE SIGNE-VOYELLEְ(E)

D'une manière générale, ce signe-voyelle (ou Cheva) peut se prononcer É, È mais aussi comme un E muet dans certains cas :

1° Le Cheva se prononce É toujours au commencement d'un mot (Exemple : תְּפִלָה, TÉFILA) ;

2° Le Cheva se prononce comme un E muet au milieu d'un mot après une voyelle longue (Exemple : וּבְיוֹמֵיכוֹן, OUVYOMEÏKONE)

3° Le Cheva se prononce È au milieu d'un mot après un autre Cheva E muet (Exemple : תִשְׁמְעוּ, TICHEMÈ-OU)

4° Le Cheva se prononce É au milieu d'un mot quand la lettre ponctuée du Cheva est affectée d'un Daguèche [un point placé dans une consonne] (Exemple : בְּעָלְמָא, BÉALMA)

Il est à noter qu'à la fin d'une syllabe, c'est-à-dire après une voyelle brève (ַ ָ ֻ ִ ֶ) ou avant un autre Cheva (ְ) ou encore si la lettre intérieure portant les deux points verticaux est ponctuée en son milieu d'un daguèche, le Cheva doit être prononcé

EXERCICES DE LECTURE
PASSEZ LE POINTEUR DE VOTRE SOURIS SUR LA BULLE POUR CONNAÎTRE LA TRANSCRIPTION PHONÉTIQUE DU MOT HÉBREU CORRESPONDANT
TRADUCTION FRANÇAISE TRANSCRIPTION PHONÉTIQUE SÉFARADE MOTS HÉBREUX

 

Ta bonté

חַסְדֶךָ
Et en allant וּבְלֶכְתְּךָ
Étant assis בְּשִׁבְתְּךָ
Vous écouterez תִשְׁמְעוּ
Votre âme נַפְשְׁכֶם
(Tu) la gardes מְשַׁמְּרָהּ
La prendre לִטְּלָהּ
L'âme הַנְּשָׁמָה

RÈGLES DE LECTURE POUR LE SIGNE-VOYELLEָ(O)

Nous savons déjà que le signe-voyelle ָ correspond à la voyelle A suivant la tradition séfarade. Cependant, lorsque ce signe est précédé, sous une même lettre, des deux points verticaux correspondant à la voyelle È (ְ), cette combinaisons de signes-voyelles se lit toujours O.

Il peut arriver aussi que le signe-voyelle ָ correspondant à la voyelle A peut être suivi d'une lettre portant les deux points verticaux correspondant à la voyelle È (ְ), on lui donnera également le son O.

EXERCICES DE LECTURE
PASSEZ LE POINTEUR DE VOTRE SOURIS SUR LA BULLE POUR CONNAÎTRE LA TRANSCRIPTION PHONÉTIQUE DU MOT HÉBREU CORRESPONDANT
TRADUCTION FRANÇAISE TRANSCRIPTION PHONÉTIQUE SÉFARADE MOTS HÉBREUX

 

Des mois

חֳדַשִׁים
Sa toute אָהֳלוֹ
Et avec pureté וּבְטַהֳרָה
Du lendemain מִמָחֳרָת
Colère חֳרִי־אַף
Sagesse חָכְמָה
Mes besoins צָרְכִּי
Ton sanctaire  קָדְשְׁךָ
Accorde-moi גָמְלֵנִי
Souviens-toi de nous זָכְרֵנוּ

AUTRES RÈGLES IMPORTANTES DE LECTURE

1° Certains mots hébraïques peuvent avoir une petit trait vertical (ֽ) appelé Métheg servant à accentuer l'avant-dernière syllabe (Exemple : הַלֲלֽוּהוּ, HALALOUHOU). Les mots hébraïques qui ont sans dépourvu ont un accent tonique sur la dernière syllabe.

2° Le point Daguèche, placé dans une consonne, qui suit une voyelle sert à redoubler la valeur de la lettre (Exemple : מַטֶּה, MAT-TÈ)

3° Un point à l'intérieur du ה final le rend sensible (Exemple : סִפְרָהּ, SIFRÂH)

4° Le ַ (a), placé sous le ה ou ח final, est prononcé avant cette consonne (Exemples : מַגְבִּיהַּ, MAGBIAH ; רֽוּחַ, ROUA‘ H)

5° Le^point du שׁ et du שׂ se lit en même temps ֹ (a-ou, ô) quand, sous la consonne qui précède, il n'y a ni voyelle ni Cheva (Exemples : תִּירשׁ, THIRÔCH ; שְׂבַע, SÔVA)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×